top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurHermeline Besse

La mémoire cellulaire : le pouvoir de la transmutation

Nos cellules sont porteuses de mémoires personnelles, familiales, karmiques. Composées d’eau en majorité (cytoplasme), elles portent des informations et comme le démontre le travail du chercheur japonais Masaru Emoto, l’eau réagit en fonction de la fréquence qu’on lui envoie.

Ainsi les émotions que nous vivons pendant notre vie, lors de la grossesse ou gestation, et celles de notre généalogie et de notre environnement culturel (inconscient collectif) sont cristallisées dans cette mémoire cellulaire. Mais comme nous parlons ici d’informations dans l’élément eau, il est tout à fait possible d’agir dessus, afin d’inciter les cellules à libérer ces informations, et à en activer d’autres.

Les mémoires cellulaires qui nous intéressent sont bien entendu celles qui se répètent dans notre vie sous forme de schémas répétitifs, programmes inconscients, peurs…

Par exemple, j’ai eu un enfant en consultation de kinésiologie qui souffrait (car c’est le terme) d’énurésie. En remontant dans les mémoires transgénérationnelles de l’enfant, il s’avère que la lignée maternelle de ce dernier comportait des programmes qui d’une émotion mal vécue, se traduisaient dans la vie matérielle par cette énurésie héréditaire. La mémoire libérée, l’enfant a pu enfin dormir sereinement et cela a eu un retentissement sur la mère, qui s’est sentie libérée à travers le soin de son fils.

Une jument m’a été adressée car elle faisait des fourbures à répétition, il s’avère que des mémoires de mises bas compliquées dans des contextes de fuite sur la généalogie et aussi sur un plan karmique (voir archives akashiques pour animaux) lui avaient fait engrammer le fait que : aller de l’avant, avancer dans le monde = danger. La kinésiologie, alliée à la communication avec elle et dans ses archives akashiques, a permis d’aller loin dans ses programmes inconscients pour la libérer et mettre les chances de son côté pour un mieux-être. Notons d’ailleurs que la problématique faisait écho à celle de sa gardienne, n’oublions pas qu’en étant nos miroirs nos animaux nous poussent à évoluer !


21 vues0 commentaire

Comments


bottom of page